Bruxelles peut et doit réserver ses rues à la mobilité durable

Lettre ouverte aux négociateurs des partis politiques en Région bruxelloise

Plus d’un million de personnes vivent à Bruxelles. Chaque jour, chacune d’entre elles a besoin de 15 000 litres d’air pour vivre. Si cet air est pollué, elles n’ont d’autre choix que de le respirer et de s’intoxiquer. Un air sain à Bruxelles est donc une priorité. Les négociations pour former le prochain gouvernement bruxellois doivent prendre en compte cette priorité.